Retour à la version standard

Taille de la police : 

Fond : 

Texte : 

Prévention des cancers du col de l'utérus

M. Yves Détraigne souhaite appeler l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la couverture vaccinale contre les infections liées au papillomavirus humain (HPV). En février 2019, à l'occasion de la journée mondiale contre le cancer, il l'interrogeait déjà la ministre sur la nécessité, afin de réduire la circulation des virus, de vacciner également les garçons, comme le préconise l'organisation mondiale de la santé (question écrite n° 8840 du 14 février 2019). Dans sa réponse en date du 21 février, elle indiquait attendre les conclusions de la haute autorité de santé (HAS) concernant une éventuelle extension de la vaccination de l'ensemble des garçons en février 2018, ses conclusions étant indispensables avant d'envisager une éventuelle nouvelle obligation. L'instance, dans les préconisations qu'elle a publiées, recommande bien l'élargissement de la vaccination anti-HPV pour tous les garçons de 11 à 14 ans révolus avec un rattrapage possible pour tous les adolescents et jeunes adultes de 15 à 19 ans révolus. Considérant à ce jour que la couverture vaccinale reste nettement insuffisante au regard des objectifs fixés à 60 % par le plan cancer 2014-2019, il lui demande de bien vouloir agir en conséquence.

Question n° 13009 adressée à Mme la ministre des solidarités et de la santé publiée le 07/11/2019

Réponse de Mme la ministre des solidarités et de la santé publiée le 30/01/2020



La vaccination contre les infections à papillomavirus humains (HPV) est recommandée pour les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans. Il existe un rattrapage vaccinal pour les jeunes filles et jeunes femmes entre 15 et 19 ans révolus avec un schéma vaccinal à trois doses. Cette vaccination est également recommandée pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes jusqu'à l'âge de 26 ans avec un schéma vaccinal à trois doses. Plusieurs pays ont étendu la vaccination contre les HPV à tous les garçons. En France, la Haute autorité de santé a été saisie de cette question en février 2018 et a rendu un avis le 16 décembre 2019, en faveur de l'extension de cette vaccination aux garçons. La recommandation de vaccination contre les HPV chez les garçons de 11 à 14 ans avec un rattrapage vaccinal jusqu'à 19 ans figurera dans le calendrier des vaccinations 2020 et sera mise en œuvre avant l'été. Les dernières estimations de la couverture vaccinale de ce vaccin indiquent une légère augmentation par rapport à l'année précédente. Ainsi, en 2018, la couverture vaccinale à 16 ans pour trois doses était de 23,7 % (+2,3 % en un an) et la couverture vaccinale à 15 ans pour une dose de 29,4% (+3,2% en 1 an). Cette couverture reste cependant encore trop insuffisante. Plusieurs actions de promotion de cette vaccination sont menées depuis plusieurs années. Depuis mars 2017, un site internet grand public sur la vaccination (vaccination-info-service.fr) permet à tous les citoyens d'être informés sur les infections et les vaccins qui les préviennent. Ce site s'est enrichi en 2018, d'une partie réservée aux professionnels de santé. Des actions ciblées visant à mieux informer sur la vaccination contre les HPV sont menées en particulier durant la semaine européenne de vaccination qui se déroule en avril chaque année. En 2017, l'Institut national du cancer a diffusé des documents et outils à destination soit du grand public soit des professionnels de santé afin de promouvoir cette vaccination comme, par exemple, un document de Questions/Réponses sur la vaccination ou encore un courrier personnalisé portant sur le dépistage du cancer et sur la vaccination, à l'ensemble des professionnels de santé concernés. Enfin, deux expérimentations régionales lancées à l'automne 2019, sont actuellement menées en Guyane et en région Grand-Est pour une durée de trois ans. Elles visent à améliorer les pratiques des professionnels pour le développement de la vaccination contre les HPV vers les publics pour lesquels elle est recommandée et contribuer ainsi à augmenter la couverture vaccinale.