Retour à la version standard

Taille de la police : 

Fond : 

Texte : 

Reconnaissance des auxiliaires de vie scolaire

M. Yves Détraigne rappelle à M. le ministre de l'éducation nationale les termes de sa question n°05025 posée le 17/05/2018 sous le titre : " Reconnaissance des auxiliaires de vie scolaire ", qui n'a pas obtenu de réponse à ce jour. 

Question n° 06772 adressée à M. le ministre de l'éducation nationale publiée le : 13/09/2018

M. Yves Détraigne appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la nécessité de permettre à tous les enfants en situation de handicap de pouvoir être scolarisés grâce à la présence à leurs côtes d'un auxiliaire de vie scolaire (AVS) et d'un accompagnant d'élèves en situation de handicap (AEHS). Plus de dix ans après l'adoption de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, et alors même que les auxiliaires sont les acteurs majeurs de l'inclusion scolaire, les conditions de travail de ces personnels restent malheureusement des plus précaires : rémunération indigne, temps de travail annualisé, baisse du nombre d'heures, formation inexistante, absence de reconnaissance, contrats différents d'une académie à l'autre… Force est de constater que la priorité affichée du Gouvernement de faire de l'école le vecteur de l'inclusion sociale, en permettant l'accompagnement des élèves en situation de handicap, doit d'abord passer par une réelle reconnaissance de ces personnels qui remplissent des missions de service public. Seule la création d'un statut de ces professionnels au sein de l'éducation nationale pourrait permettre, non seulement aux enfants de trouver auprès d'eux des professionnels bienveillants et formés, mais aussi à ces accompagnants d'exercer efficacement la mission indispensable qui leur incombe au sein des établissements scolaires. Par conséquent, il lui demande de bien vouloir œuvrer dans ce sens afin que tous les enfants en situation de handicap puissent être scolarisés dans des conditions optimum. 


Question n° 05025 adressée à M. le ministre de l'éducation nationale publiée le : 17/05/2018