Alternative content

Get Adobe Flash player

 

 

  

Accès à la gynécologie médicale

M. Yves Détraigne souhaite appeler l'attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur l'importance pour la santé des femmes de leur accès à la gynécologie médicale (GM). En effet, cette spécialisation médicale occupe une place essentielle en raison de ses actions de prévention contre les cancers du sein et de l'utérus et, plus généralement, en faveur de la santé et de la qualité de vie des femmes. Or, du fait de sa suppression en 1987, puis de son rétablissement en 2003, la profession de gynécologue médical souffre toujours de dix-sept années d'interruption dans la formation de ses médecins, même si le nombre de postes offerts en gynécologie médicale à l'issue des épreuves classantes nationales (ECN) de médecine a quasiment triplé depuis 2012. D'après le conseil national de l'ordre des médecins (CNOM), le nombre de gynécologue médical était de 923 au 1er janvier 2020 alors qu'il y a près de 30 millions de femmes en âge de consulter. Dans onze départements, il n'y avait plus en 2019 aucun gynécologue médical, et un seul dans quatorze d'entre eux... Le nombre de postes d'internes ouverts en GM (82 postes en 2019) reste insuffisant et ne permet même pas de remplacer les médecins partant en retraite. Par conséquent il lui demande de prendre des mesures volontaristes et urgentes en faveur de la gynécologie médicale afin de répondre à un véritable besoin de santé publique.

Question n° 17036 adressée à M. le ministre des solidarités et de la santé publiée le 02/07/2020

Questions ecrites

Retour en haut de la page