Alternative content

Get Adobe Flash player

 

 

  

Progression de l'épidémie de scolytes

M. Yves Détraigne souhaite appeler l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur la progression de l'épidémie de scolytes, initialement déclenchée en région Grand Est, et qui s'étend désormais sur la quasi-totalité des forêts d'épicéas de la moitié nord de la France (Bourgogne-Franche-Comté, Hauts-de-France, Normandie). En creusant des galeries sous l'écorce des arbres, ces insectes ravageurs finissent par couper la circulation de la sève conduisant à la mort prématurée des peuplements d'épicéas des forêts de plaine. En région Grand Est, où une cellule de crise réunissant les professionnels de la filière forêt-bois a été activée, on estime à 400 000 m3 le volume d'épicéas attaqués en 2018 par le coléoptère. Dans les forêts publiques situées aux alentours de Verdun, environ 80 000 à 100 000 m3 de bois sont concernés à ce jour, soit l'équivalent d'une année et demie de récolte. Cette épidémie est très préoccupante pour la santé des forêts et des écosystèmes concernés. Habituellement valorisés comme bois de charpente et de menuiserie, les épicéas altérés par le scolyte sont en effet déclassés par les scieurs, en raison notamment du développement d'un champignon qui accompagne les scolytes et qui vient bleuir le bois. Les professionnels du secteur, très inquiets demandent la réunion de la cellule de crise nationale sous la présidence du ministère de l'agriculture afin d'examiner en urgence plusieurs points essentiels à la survie de la filière : la prorogation du financement des aides au transport de bois scolytes de l'est vers l'ouest de la France ; la recherche d'une solution effective et opérationnelle pour les communes, exploitants forestiers, scieurs qui sont au plafond d'aides de minimis pour le transport vers l'ouest de la France : la mise en place d'aides au stockage de bois frais ou encore à l'évacuation et transport de sciages scolytés vers les pays tiers. En fonction des futures conditions climatiques, les risques de pullulement des scolytes risquent d'être encore très élevés dans les années à venir. En conséquence, les forestiers vont devoir procéder au remplacement des peuplements d'épicéas par des essences locales et nouvelles capables de s'adapter à la spécificité des milieux et au changement climatique. Aussi, il lui demande de bien vouloir réunir, sous sa présidence, la cellule de crise nationale avec toutes les parties en présence afin d'accompagner au mieux les professionnels de la filière dans cette crise sans précédent.

Question n° 16796 adressée à M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation publiée le 18/06/2020

Questions ecrites

Retour en haut de la page