Alternative content

Get Adobe Flash player

 

 

  

Précarité étudiante



M. Yves Détraigne souhaite appeler l'attention de M. le Premier ministre sur la précarité étudiante qui ne cesse de progresser en France. Le drame de cet étudiant, qui s'est immolé devant un restaurant universitaire du centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) de Lyon, ne doit pas rester un simple fait divers et ne peut laisser indifférents la représentation nationale et le Gouvernement. Il doit être le déclencheur d'une autre politique sociale menée vis-à-vis des publics les plus précaires. Ce sont 8 % des étudiants qui ont tenté de se suicider durant l'année 2018. Aujourd'hui, la précarité étudiante ne cesse de progresser et le système d'aides sociales paraît bien en peine pour aider cette jeunesse qui, tout en restant plus longtemps dépendante de sa famille, doit en plus jongler entre un travail et ses études pour subvenir à ses besoins quotidiens. Les décisions prises depuis le début de mandat n'ont pas amélioré la situation : gel des bourses, baisse puis gel des aides personnelles au logement (APL), changement de mode de calcul pour des APL « en temps réel » qui va faire perdre de l'argent à de nombreux jeunes... Parallèlement, les CROUS ne reçoivent plus de l'État les budgets suffisants pour répondre aux difficultés des étudiants et mener à bien leur mission de service public. Considérant que la jeunesse française mérite mieux que cela, il lui demande de prendre, en urgence, les mesures concrètes nécessaires pour réformer les aides sociales et pallier les difficultés constatées sur le terrain. 

Question n° 13134 adressée à M. le Premier ministre publiée le 21/11/2019 

Questions ecrites

Retour en haut de la page