Alternative content

Get Adobe Flash player

 

 

  

Protection des femmes victimes de violences sexuelles lors des conflits

M. Yves Détraigne appelle l'attention de M. le ministre de l'Europe et des affaires étrangères sur les actions menées par les États-Unis, au Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies (ONU), qui ont, tout en agitant la menace d'un veto, vidé de sa substance un projet de résolution allemand censé intensifier la protection des femmes victimes de violences sexuelles lors des conflits. Cette référence à la santé sexuelle et reproductive avait pourtant été agréée dans les précédentes résolutions prises en 2009 et 2013. Cette omission est inacceptable et porte atteinte à la dignité des femmes, comme l'a souligné l'ambassadeur français à l'ONU. Alors que la lutte contre les violences sexuelles a été portée à la connaissance du grand public par le prix Nobel de la paix qui a récompensé en 2018 une jeune Yézidie, persécutée par l'organisation Etat islamique, et un médecin congolais, ce retrait du texte revient sur 25 années d'acquis en faveur des droits des femmes dans des situations de conflits armés. Ce médecin milite d'ailleurs pour que la communauté internationale rende justice aux victimes et pour que des tribunaux nationaux ou internationaux soient dédiés au jugement des coupables de violences sexuelles dans les conflits. En conséquence il lui demande quelle mesure le Gouvernement français entend prendre pour que l'accès à la santé sexuelle et reproductive soit explicitement reconnu aux victimes de violences sexuelles, elles qui sont souvent la cible d'atroces exactions et de mutilations barbares.

Question n° 10247 adressée à M. le ministre de l'Europe et des affaires étrangères publiée le 02/05/2019 

Questions ecrites

Retour en haut de la page