Alternative content

Get Adobe Flash player

 

 

  

Premier état des lieux du sexisme en France

M. Yves Détraigne appelle l'attention de Mme la secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, sur le premier état des lieux du sexisme en France publié en janvier 2019 par le haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes Reposant sur le postulat de l'infériorité des femmes par rapport aux hommes, le sexisme est une idéologie dangereuse, par ses manifestations et ses effets. Il se manifeste par un ensemble de manifestations, des plus anodines en apparence aux plus graves (remarques, représentations stéréotypées, sur-occupation de l'espace... jusqu'à entrave à l'avortement, viols, meurtres...) et peut engendrer de nombreux dégâts (sentiment de dévalorisation, modification de comportements avec l'adoption de stratégies d'évitement, dégradation de la santé physique - blessures - et psychique…). Le sexisme, bien que très répandu, est pourtant encore très peu condamné : quatre femmes sur dix indiquent avoir dernièrement été victimes d'une injustice ou d'une humiliation du fait d'être une femme. Or, à peine 3 % des actes sexistes qui tombent sous le coup de la loi font l'objet d'une plainte et seulement une plainte sur cinq conduit à une condamnation. En conséquence, le haut conseil à l'égalité appelle au lancement d'un premier plan national contre le sexisme 2019-2022 qui porte l'exigence d'une culture des droits et de l'égalité femmes-hommes reposant sur cinq axes (mieux mesurer le sexisme par le financement d'une enquête d'opinion annuelle ; mieux le repérer grâce à des campagnes de sensibilisation ; condamner davantage les auteurs ; mieux accompagner les victimes de sexisme en renforçant les financements des associations qui les accompagnent ; garantir une action publique exempte de tout sexisme). Considérant qu'il convient de combattre le sexisme trop souvent toléré par notre société, il lui demande de quelle manière le Gouvernement entend répondre aux préconisations du Haut Conseil. 


Question n° 08574 adressée à Mme la secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations publiée le 24/01/2019 

Questions ecrites

Retour en haut de la page