Alternative content

Get Adobe Flash player

 

 

  

Impact de la grève de la SNCF sur l'économie française

M. Yves Détraigne appelle l'attention de M. le Premier ministre sur l'impact de la grève de la SNCF sur l'économie française. Alors que l'entreprise connaît sa deuxième semaine de grève, force est de constater que ce mouvement social n'a pas pour seul effet de désorganiser le transport des voyageurs. Au-delà des secteurs directement concernés, l'ensemble de l'économie française risque donc d'être la première victime de ce conflit social. Partout en France, de nombreux trains de fret sont à l'arrêt alors que des secteurs entiers dépendent du rail pour s'approvisionner en matière premières et livrer leurs produits, notamment dans la chimie, la sidérurgie et l'agriculture. Dans le transport des marchandises, les conséquences pour les utilisateurs de fret vont rapidement se chiffrer à plus milliers, voire millions d'euros de pertes. Un train équivalant à cinquante camions, la livraison de matière première par la route est alors une solution de repli trop onéreuse et écologiquement non viable. Déjà mises en difficultés par les concurrences russe et ukrainienne, les exportations françaises de céréales sont ainsi très handicapées par ces problèmes de logistiques. Plus de la moitié des contrats signés impliquant une logistique ferroviaire pourraient en effet ne pas être honorés : les trains n'alimentant plus les ports, les clients étrangers se tournent par conséquent vers d'autres pays. La France va donc perdre des parts de marchés qu'elle ne retrouvera pas forcément une fois le conflit terminé. Inquiet de ce mouvement social très pénalisant pour l'économie française, il lui demande donc de quelle manière il entend pallier les effets désastreux de cette crise et répondre aux inquiétudes des dirigeants des petites et moyennes entreprises.

Question n° 04521 adressée à M. le Premier ministre publiée le  : 19/04/2018

Questions ecrites

Retour en haut de la page