Alternative content

Get Adobe Flash player

 

 

  

A la une - Actualité de la ville de detraigne

Mise au point

Mardi 21 janvier a été diffusée une vidéo de mes propos qui ont pu choquer certains. Je le regrette et souhaite ici expliquer plus clairement ma position. En effet, un montage de moins d'une minute ne peut en aucun cas refléter la position de quelqu'un. 

Je ne réfute pas être contre l'ouverture de la PMA pour toutes, j'ai d'ailleurs voté en ce sens. Car je considère qu'en ce domaine, le désir d'enfant est légitime mais qu'il ne doit pas primer sur le droit de l'enfant à être élevé par un père et une mère. Soumettre une naissance à un simple projet parental est donc discutable pour moi. Je suis contre le principe de retirer le « père » du modèle légal filiatif et je crains que l'ouverture de la PMA ne mène inévitablement vers la GPA, au nom du principe d'égalité, c'est-à-dire vers la marchandisation du corps. 

Je ne suis pas favorable enfin à ce que l'on détourne la médecine de ses missions thérapeutiques, au nom de demandes sociétales. Il est facile de caricaturer ma position et de me traiter d'homophobe. Pour moi, l'AMP est une réponse médicale à un problème médical et doit le rester, ce qui ne correspond pas à la situation des couples de femmes.

Pour mémoire, j'ai travaillé et publié un rapport d'information avec une collègue sénatrice en février 2016 intitulé « Défendre les principes, veiller à l'intérêt des enfants - Quelle réponse apporter au contournement du droit français par le recours à l'AMP et à la GPA à l'étranger ? ». Dans celui-ci, nous avions indiqué notamment que la solution dégagée par la Cour de cassation, dans ses deux avis du 22 septembre 2014, présentait un équilibre satisfaisant. En effet, elle permettait de reconnaître la possibilité pour l'épouse de la mère d'adopter l'enfant de celle-ci, sans pour autant modifier les conditions d'accès à l'assistance médicale à la procréation fixées par le droit français. Je reste sur cette position.

Aller sur le rapport d'information

A lire également
Agenda - ville de detraigne
Retour en haut de la page